« Non le (ce) blog n'est pas mort ! | Accueil | A Qwant un moteur de recherche nouvelle génération ? »

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00e54f841b7e8833017d414b13af970c

Voici les sites qui parlent de Quel avenir pour les flux RSS ? :

Commentaires

Q.

Le navigateur "Opera" permet souvent de faire apparaître les url RSS qui existent mais qui ne font l'objet d'aucun lien. J'ai noté ça par hasard, c'est très pratique car ça évite de chercher à quoi pourrai ressembler ce lien. Il suffit de regarder la barre d'adresse.

Kxking

C'est tout de même dommage.
Il y a eu un grand manque de communication des sites web sur le RSS.

Les internautes pourraient se faciliter la vie pour suivre l'actualité du sport ou de n'importe autre quel sujet..

Serge Courrier

La mort du RSS est annoncée depuis - au moins - 2009 (http://techcrunch.com/2009/05/05/rest-in-peace-rss/). Ce format demeure pourtant bel et bien présent sur la totalité des blogs de la planète et a connu un sensible développement notamment sur des moteurs de recherche, des sites institutionnels et sur des sites d'actualité (en témoigne la récente mise à jour de la page www.lemonde.fr/rss, site qui d'ailleurs a toujours su "monétiser" ses flux par la présence de publicités).

Quant à annoncer une utilisation déclinante du RSS... soyons conscients qu'aucune étude récente ne permet de le dire. C'est possible donc, mais pas prouvé.

Mais en effet, quelques mastodontes du Web 2.0 (Facebook, Google et maintenant Twitter) mettent à mal ce format simplissime avec une double volonté évidente : primo, forcer les utilisateurs à rester "InSite" (prisonniers de l'architecture maison), quitte à se tirer une balle dans le pied quant à la diffusion de l'information qu'il véhiculent... et secundo pour contrer des abus d'exploitation manifeste (cf l'abandon des fils RSS au sein du moteur Topsy). On pourrait imaginer une troisième raison (qui n'est qu'une supposition de ma part): une logique de marché, qui pousserait agences et éditeurs de solutions professionnelles à effectuer des actions de lobbying pour rendre la veille uniquement accessible aux informaticiens et ainsi créer de la valeur pour leurs activités. L'arrivée toute récente de TadaWeb aurait néanmoins tendance à contredire cette analyse.

A ces actions néfastes de gros acteurs du Web, vient s'ajouter une atonie durable et dommageable de la "communauté RSS". Le RSS Advisory Board et la task force qui a développé Atom sont désespérément muets depuis plusieurs années. Idem pour les navigateurs qui abandonnent un à un le support du RSS Autodiscovery qui aidait pourtant à la "démocratisation" du format. Seuls des extensions (non universelles) permettent aujourd'hui à Firefox, Safari et Chrome de simplifier la vie du veilleur.

Le paradoxe, c'est que depuis 2010 environ, ont voit la multiplication des applications et services utilisant le RSS : applications mobiles gérant la lecture RSS (et surtout la synchronisation avec Google Reader), les services permettant de faire du QuelqueChose-vers-RSS (HTML2RSS, Mail2RSS, Bookmarks2RSS...) ou du RSS-vers-QuelqueChose (RSS2Newsletter, RSS2PDF, RSS2Ebook...) et enfin les applications serveur (open source) de lecture de fils RSS telles que Tiny Tiny RSS, Posh, FreshRSS, Leed...

La plasticité et la simplicité d'extraction, de traitement et de rediffusion des fils RSS en font encore aujourd'hui un matériau de choix pour les veilleurs et il me semble important qu'ils continuent à améliorer leurs connaissances sur le sujet et diffusent largement cette connaissance autour d'eux, notamment pour maintenir une pression sur les producteurs de contenus et sur des acteurs comme Google. Une mobilisation qui a d'ailleurs poussé ce dernier à réintégrer l'année dernière les fils RSS "publics" (Atom en fait), très utiles dans une plate-forme de veille légère. Je pense donc qu'un de nos rôles est de défendre ce format, dans une démarche que j'ose qualifier de citoyenne, notamment pour défendre sa dimension universelle.

Faut-il pour autant concentrer tous nos efforts sur le RSS et sur Google Reader ? Non ! Pour les veilleurs qui œuvrent dans des cadres de contraintes budgétaires importantes, il faut aussi développer sa connaissance d'outils parfois complémentaires (comme WebSite-Watcher).

Il va également falloir grimper en technicité et apprendre par exemple à exploiter les API. Twitter permet de surveiller comptes et recherches via son API qui ne génère plus de RSS mais du JSON ? A nous de proposer ou d'encourager le développement de solutions simples capables de faire du JSON2RSS. Google ne fait plus évoluer Google Reader ? A nous de faire pression sur la firme et parallèlement de nous investir dans l'amélioration d'un Tiny Tiny RSS encore truffé de bogues.

Serge Courrier (@secou)

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Ce widget Blog-It Express est © Damdam's World / Damien Guinet.
Vous pouvez l'installer sur Blog-It Express.

A propos de l'auteur

FJB's twits

    follow me on Twitter
    AddThis Social Bookmark Button

    juillet 2014

    lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
      1 2 3 4 5 6
    7 8 9 10 11 12 13
    14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27
    28 29 30 31      

    Devenir Fan